A19 : un gaspillage d’argent inacceptable dans le contexte budgétaire actuel du gouvernement et pour des résultats négatifs pour la mobilité de la région

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal tient d’emblée à signifier son opposition au projet dit de parachèvement de l’autoroute 19, car cela serait un gaspillage éhonté de l’argent des québécois puisque cela ne répondrait pas aux résultats recherchés, soit une mobilité accrue des personnes aux heures de pointe.

La mobilité des résidents de la couronne nord, et notamment des résidents de Laval et de Bois-Des-Filions doit être améliorée, cela ne fait aucun doute, car c’est un enjeu métropolitain de premier plan. Cependant, la solution préconisée, axée prioritairement sur l’automobile, ne contribuera qu’à exacerber les problèmes de congestion, de pollution, d’étalement urbain dans la région de Montréal à moyen terme. Dans le cas d’infrastructures qui seraient là pour des décennies, cela nous semble inconcevable.

Dans cette perspective, ce projet d’autoroute est inacceptable, ne serait-ce qu’aux vues des coûts du projet1 de rigueur budgétaire. Cela serait insensé de dépenser 500-600 millions de dollars pour répéter les erreurs du passé, ne pas apprendre de celles de nos voisins et ne pas écouter les spécialistes internationaux en transport qui font la démonstration de l’échec de ce modèle et qui arrivent au constat que l’investissement massif dans les transports collectifs représente LA principale solution aux problèmes de congestion urbaine.

Un investissement équivalent en transports collectifs pour des réseaux d’autobus performants dans la couronne nord spécialement aux heures de pointe, avec des voies réservées et des stationnements incitatifs, permettrait d’offrir une véritable alternative efficace et intéressante en termes de mobilité pour la population, laquelle est actuellement obligée de prendre son automobile pour aller travailler.

1 : 600 millions pour 8km d’autoroutes? Titrait Bruno Bisson. LaPresse+

Pour consulter le mémoire du CRE-Montréal : 

Mots-clés :