Mémoire sur le chauffage au bois

L’utilisation des systèmes de chauffage au bois en milieu résidentiel constitue une source importante de pollution atmosphérique dans la région de Montréal. Plusieurs de la centaine de polluants émis sont  cancérigènes et présentent des risques non négligeables pour la santé humaine et l’environnement. Selon l’inventaire des émissions de 1995 publié par Environnement Canada, la combustion du bois de  chauffage en milieu résidentiel au Canada représenterait environ 25 % des particules fines présentes dans la pollution atmosphérique du pays, 15 % des composés organiques volatils et 10 % du monoxyde de carbone.