Dossiers à surveiller en 2017

 

L'année 2017 vient à peine de commencer et elle s'annonce déjà bien remplie pour le CRE-Montréal. Afin de contribuer à la protection de l'environnement et à la promotion du développement durable sur l'île de Montréal, nous continuerons de nous impliquer dans plusieurs dossiers en cours en plus d'entamer de nousveaux projets.

Pour vous donner une idée des sujets chauds sur lesquels le CRE-Montréal axera ses actions cette année, voici une liste bien évidemment non exhaustive. D'autres surprises sont certainement à prévoir!

 

Plan de drainage : de meilleurs aménagements pour la gestion des eaux de pluie

Après le déversement majeur d’eaux usées à l’automne 2015, l’administration municipale s’est engagée à mettre en place un Plan de drainage. Ce Plan vise à intégrer une multitude de facettes de l'aménagement urbain dans la gestion des eaux de pluie qui sont responsables des nombreuses surverses que subit la Ville. Cela veut dire intégrer de nouveaux concepts d’urbanisme, d’aménagement du domaine public, d’architecture, d’architecture du paysage, de verdissement, dans la liste des actions d’ingénierie actuelles (ex.: bassins de rétention). Cela voudra dire travailler ensemble en même temps pour bien planifier, adopter les programmes, les pratiques et les règlements nécessaires à l’amélioration de cet enjeu majeur. Montréal doit mettre à contribution toute l’intelligence collective pour l’élaboration de ce plan.

 

La gestion des boues de la STEP

La station d’épuration de l'île de Montréal incinère actuellement les boues d’épuration puis les enfouit. Or ces boues représentent des matières organiques et les incinérateurs arrivent bientôt en fin de vie. Il faut donc revoir les pratiques et trouver d’autres voies pour ces matières valorisables. Des projets sont en cours, mais il faudra se décider de l’avenir, et donc de l’usage de la totalité de ces boues.

 

Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels

L’atteinte des objectifs de protection des milieux naturels en milieu terrestre inscrits dans le schéma d’aménagement et de développement de Montréal (SAD) représente un défi quand on sait les nombreuses pressions auxquelles font face les derniers espaces naturels sur l’île. Il reste en effet près de  2 000 ha à protéger pour atteindre le 10 % d’aires protégées inscrit dans le SAD. Le dernier bilan de la Politique remonte à 2013.

Des question se posent : comment l’administration publique atteindra son objectif et offrira sur l’ensemble du territoire de l’agglomération les accès suffisants à des milieux naturels et à des espaces verts pour sa population? Comment l’agglomération de Montréal s’assurera de l’équité territoriale à ce niveau?

 

Turcot

La mobilisation de divers acteurs de la société civile pour maintenir la Dalle-Parc, seul aménagement structurant pour les piétons et les cyclistes, portera-t-elle fruit? Le CRE-Montréal restera vigilant et poursuivra ses démarches afin d’assurer l’implantation de liens en transport actif et la connectivité des quartiers. L’avenir de l'écoterritoire et de la falaise Saint-Jacques dépendent aussi fortement de ces liens. Enfin, la forme urbaine qui sera privilégiée dans la Cour Turcot est une question de premier plan en raison de la vaste superficie des terrains, la position géographique stratégique et la vitalité du coeur de la métropole.

 

Le devenir du terrain de Pierrefonds-Ouest

Ce début d’année sera crucial dans le dossier du projet de Pierrefonds-Ouest avec la tenue des consultations publiques de l’OCPM. Dans ce dossier d’envergure métropolitaine, le CRE-Montréal va s’assurer de la plus grande participation de ses membres et partenaires dans la perspective de demander la protection et la mise en valeur de l’ensemble de ce terrain et son intégration à l'écoterritoire de la rivière-à-l’Orme.

 

Le bois et le golf d’Anjou : vers un grand parc de l’Est

Les actions en faveur de la création d’un grand parc de l’Est, réunissant le parc-nature du Bois d’Anjou et le golf métropolitain d’Anjou vont se poursuivre et s’intensifier au cours des prochains mois. Alors que la collectivité se mobilise sur le territoire du projet ILEAU à la création d’une trame verte et bleue active, la création de ce grand parc revêt une importance capitale. C’est en effet un des pôles verts majeurs dans ce lien entre la rivière des Prairies et le fleuve Saint-Laurent. La disparition d’une partie du golf et sa transformation en un parc industriel sont totalement contraire à la vision de la trame verte et bleue inscrite également dans la politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels. La renaturalisation du golf est également une belle occasion pour Montréal d’augmenter la superficie de milieux naturels et d’assurer une équité territoriale dans l’accès à des espaces verts d’envergure pour sa population.

 

Le projet d’aménagement du Parc Jean-Drapeau

Alors que les travaux de réaménagement du secteur sud de l’île-Sainte-Hélène vont débuter prochainement, les consultations publiques sur un nouveau plan directeur pour l’ensemble du site se font toujours attendre. Il est urgent d’entamer ce processus avec l’ensemble de la société civile afin de s’assurer que toutes les interventions sur le site se feront non à la pièce, mais en suivant une vision claire de ce que doit être ce parc majeur de Montréal pour la prochaines décennies.

 

Le projet de REM

Le REM continuera d’alimenter l’actualité sur les question de transport et d’aménagement urbain. Un projet de cette envergure se doit de s’intégrer dans la trame actuelle de transport collectif pour la bonifier. L’aménagement des gares et des stationnements incitatifs ainsi que l’implantation de solutions intermodales (vélopartage, autopartage et microtransit) devront être prévus dans une perspective de mettre en place de vraies options de transport durable. Vu l’ampleur du projet, le REM se doit de faire une réelle différence dans le choix des déplacements de la population.

 

Le nouveau plan d’action du PMAD

Le document directeur pour les 82 municipalités de la métropole amorce sa mise à jour.

Le respect du périmètre d’urbanisation et la protection des activités agricoles peuvent se faire en même temps que le développement urbain si celui-ci se fait autour des pôles de transport de manière compacte. Le CRE-Montréal cherchera aussi à ce que les contributions pour fins de parc (15 % de la valeur des projets de développement urbain) soient utilisées au mieux.

 

De nouveaux pouvoirs et de nouveaux acteurs

Beaucoup de changements en vue cette année au niveau de la gouvernance de la métropole. Une nouvelle loi viendra édictée les nouveaux pouvoirs de la ville, et le transport collectif sera supporté par de nouvelles instances (ARTM et RTM).

 

La mise en oeuvre du Plan de développement durable de la collectivité montréalaise

Un nouveau Plan a été adopté l’année dernière. La mobilisation des partenaires actuels et nouveaux est au coeur de ce Plan. Le développement durable a besoin de l’ensemble de la collectivité montréalaise pour faire les pas nécessaires pour un mieux-vivre montréalais. Cette année sera cruciale pour donner le coup d’envoi à ce nouveau Plan et faire en sorte que le plus grand nombre d’organisations y adhèrent et posent des gestes afin de contribuer à atteindre les objectifs inscrits au Plan et dans les Politiques municipales.

 

Élections municipales

Les élections municipales conduiront à élire le maire de Montréal, de l’agglomération et de la Communauté métropolitaine, mais aussi des 19 arrondissements et des 17 villes liées. Souhaitons que la qualité de vie des quartiers, qui regroupe notamment les enjeux de verdissement et de mobilité durable, seront mis de l’avant dans les plates-formes des candidats et dans les solutions qui seront mises en place après le 5 novembre 2017.