La vision autoroutière en milieu urbain doit céder sa place

On ne le dit pas assez : beaucoup de personnes se font frapper par des véhicules à Montréal chaque année. Les responsables : la configuration des rues et des intersections ainsi que la conduite de plusieurs. Quand plus d’une tonne de métal frappe un corps de moins de 100kg, quelle que soit la vitesse, il est facile de comprendre que le piéton s’en tirera à mauvais compte. Même si le risque zéro n’existe pas, beaucoup d’améliorations peuvent être apportées. Elles sont bien connues. Bien sûr nous devons poursuivre les efforts vers un plus grand civisme des automobilistes envers les piétons (qu’ils sont eux-mêmes mais qu’ils oublient une fois au volant!) mais nous devons revoir de façon importante la voirie en ville. On parle de largeur de rue, de temps de traverse piétonne, de sécurisation des intersections, de mesures d’apaisement de la circulation, d’aménagement de trottoirs partout… La liste est longue, les exemples sont légions. Voici donc à la fois la démonstration de l’urgence d’agir et une proposition de réaménagement d’un échangeur qui est aujourd’hui une vraie fracture dans le paysage urbain à la porte du prestigieux parc du Mont-Royal.

L'avenue du Parc dangereuse pour les piétons

Par Félix Gravel, Responsable campagnes transport, GES et aménagement du territoire au CRE-Montréal

Deux accidents graves, dont un mortel, sont survenus sur l’avenue du Parc depuis le début 2016. Cela n’est pas anecdotique puisqu’on dénombre en moyenne 15 accidents graves par an sur cette avenue (entre Sherbrooke et Jean-Talon). Cette mort s’ajoute à une longue liste de piétons frappés sur l’avenue du Parc (voir carte). Le bilan est tragique et on ne saurait s’y résigner. Il y a un danger de mort à se déplacer à pied. La culture de la vitesse, tout comme la configuration autoroutière de nos villes, y sont pour quelque chose. Ça peut changer, ça doit changer. Les usagers vulnérables doivent être mieux protégés!

Selon les rapports d'accident policiers dont nous disposons (SAAQ), de 2003 à 2012, il y a eu 158 piétons blessés sur l'Avenue du Parc entre les rues Jean-Talon et Sherbrooke. Tel qu'illustré sur la carte, la majorité des intersections sont touchées. Ces chiffres ne mesurent pas l'ensemble des piétons blessés, puisqu'ils n'incluent que les piétons pour lesquels il y a eu un rapport d'accident policier et, parmi ceux-ci, les rapports pour lesquels des coordonnées géographiques (X-Y) ont pu être trouvées.

Le décompte par intersection:

  • Jean-Talon / du Parc = 4 piétons
  • Parc / Beaumont = 8 piétons
  • Parc / Beaubien = 10 piétons
  • Parc / Van Horne= 9 piétons
  • Parc / Bernard= 10 piétons
  • Parc / St-Viateur= 15 piétons
  • Parc / Fairmount= 9 piétons
  • Parc / St-Joseph= 5 piétons
  • Parc / Mont-Royal= 8 piétons
  • Parc / des Pins= 6 piétons
  • Parc / Prince Arthur= 5 piétons
  • Parc / Milton= 11 piétons
  • Parc / Sherbrooke= 13 piétons

 

Remplacer l’échangeur Côte-des-Neiges /Remembrance par un carrefour à valeur écologique 

Par Daniel Chartier, Architecte paysagiste

En 2007, la Ville de Montréal plaçait l’échangeur Côte-des-Neiges/ Remembrance sur la liste des structures sous observation en raison de leur dégradation avancée. Depuis, chaque année qui passe, avec ses gels, dégels et infiltrations salines, fragilise cette infrastructure. Il faut transformer cet échangeur dangereux pour les piétons et les cyclistes en un carrefour digne de la montagne. La voirie et l’aménagement projetés relieraient de façon conviviale et sécuritaire le chemin Olmsted du parc du Mont-Royal, avec les sections du chemin de ceinture du Mont-Royal créés en bordure du cimetière Notre-Dame-des-Neiges et du campus de l’université de Montréal. Cette intervention est la prémisse stratégique pour finaliser le grand corridor actif autour de la montagne, dont plusieurs kilomètres ont été aménagés depuis 2010. Les eaux de surface de ce secteur de la montagne seraient gérées de façon durable et paysagère. Ce corridor hydrique participerait à la consolidation du corridor écologique entre le bois Summit et le parc du Mont-Royal. L’actuel accès, type voie rapide, vers les chemins Remembrance et Camillien-Houde ferait place à un carrefour incitant les automobilistes à rouler à vitesse sécuritaire et à savourer les paysages de la montagne sur ces voies panoramiques reconfigurées. Pour toutes ces raisons, ce projet durable doit être priorisé au programme d’infrastructures. Le processus de planification et négociation avec les parties prenantes doit immédiatement commencer pour amorcer les travaux majeurs au printemps 2018. Serons-nous plutôt condamnés à maintenir une structure vouée à la démolition, tel le pont Champlain, en attente de démolition, qui a exigé plusieurs centaines de millions de dollars d’entretien? Soyons proactifs, imaginatifs et verts!

Pour en savoir plus sur le projet et l’état des infrastructures :

Le projet de carrefour ovale prévu pour… 2012

Les deux documents suivants présentent les paramètres de l’évaluation des deux viaducs de l’échangeur faite en 2014:

Les pages 21/24 expliquent le caractère inquiétant des notes globales attribuées dans les documents précédents :