Une occasion unique de changer la ville !

Samedi dernier, plus de 25 000 personnes prenaient part à la Marche Action Climat à Québec, lançant un message clair aux dirigeants réunis pour le Sommet de Québec sur le climat, quant à l’urgence d’agir et d’être cohérent dans l’ensemble des décisions et des projets soutenus par les gouvernements. La semaine précédente, le maire de Montréal signait la déclaration de Séoul, par laquelle plus de cent maires de villes dans le monde s’engagent à intensifier leurs actions dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre et dans l’adaptation aux changements climatiques.

Les villes ont un rôle prépondérant à jouer alors que plus de la moitié de la population mondiale vit en milieu urbain. Vu l’ampleur des défis à relever, une mobilisation de l’ensemble de la collectivité est nécessaire : du citoyen au décideur, chacun a un rôle à jouer. Il faut aller au-delà des opérations ponctuelles et les inscrire dans une approche globale pour l’ensemble d’un territoire. Les actions doivent intégrer les multiples dimensions d’un aménagement durable : lutte aux îlots de chaleur, préservation de la biodiversité et accessibilité aux espaces verts.

C’est cette approche que le CRE-Montréal a choisie pour le nouveau projet d’envergure de lutte aux îlots de chaleur urbains qui va se déployer dans l’Est de Montréal. Prévu sur une période de deux années, ce projet multifacettes va se traduire concrètement sur le terrain par des interventions afin d’améliorer le cadre de vie et de travail, en particulier auprès des populations les plus vulnérables, de faciliter l’accès aux espaces verts en levant les barrières physiques qui enclavent certains secteurs et de tisser une véritable trame verte et bleue. Les actions visées seront donc diversifiées, alliant, blanchiment des toits, verdissement des toits, murs et terrains, transformation des stationnements, augmentation de la biodiversité, déploiement de corridors verts, sécurisation et convivialité des accès aux espaces verts.

Trois niveaux d’interventions seront définis : les zones prioritaires, les liens entre ces zones et l’ensemble du territoire. Pour chacun de ces niveaux, des actions spécifiques seront posées. Afin de nous aider dans l’analyse du territoire, nous avons réuni des experts dans les différents champs du projet. Leur rôle : nous accompagner dans la priorisation des secteurs d’interventions et dans la définition des liens à tisser. Ce comité s’est réuni une première fois la semaine dernière.

Coordonnateur du projet, le CRE-Montréal assurera la synergie dans les interventions et favorisera la mise en réseau des intervenants et des forces vives sur le territoire.

La réussite de ce projet repose sur la mobilisation de l’ensemble des partenaires concernés afin de créer un véritable mouvement. Les organisations locales actives sur le territoire seront appelées à co-construire le projet pour en faire une réussite collective. Le projet s’appuiera entre autres sur la connaissance précise du territoire de ces organisations et viendra appuyer et bonifier les initiatives existantes sur le terrain. Dans les prochaines semaines, un comité des partenaires sera mis en place, réunissant l’ensemble de ces organisations afin de nous accompagner dans la mise en oeuvre du projet.

Les changements d’envergure nécessitant du temps, les organisations et les citoyens seront invités à prendre des engagements sur le court, moyen et long terme (ex. réfection d’une toiture, réaménagement d’un stationnement). Nous travaillerons en étroite collaboration avec les partenaires de mobilisation locaux pour nous assurer de l’engagement du plus grand nombre et pour créer un effet boule de neige sur le territoire.

Tout au long du projet, le CRE-Montréal ira à la rencontre des administrations municipales afin de les inciter à intégrer des pratiques novatrices durables dans leurs réglementations. Ce volet répond à notre volonté d’inspirer et d’outiller les administrations, via le partage des meilleures pratiques.

Enfin, dans la perspective de transférer le projet à d’autres territoires de l’Île-de-Montréal, les différentes étapes du projet seront documentées.

Nous vous tiendrons régulièrement informés des avancées de ce projet dans les prochains numéros du bulletin Env'île Express.


Le projet est financé par le Fonds vert dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec.