Le "futur de la mobilité"

Le 3 mars 2016, le CRE-Montréal a organisé la matinée-conférence sur Le transport Intelligent : Comment encourager l’intermodalité? en présence des 4 panélistes : 

  • Frédéric Schettini, a fondé en 2007 la société innovante MobiGIS ;
  • Catherine Kargas est vice-présidente chez MARCON ;
  • Sam Vermette, programmeur autodidacte, concepteur d’applications mobiles et fondateur de TransitApp ; 
  • Gabriel Damant-Sirois est Chef développement du produit et cofondateur de Local Logic. 

 

 

Le succès a été au rendez-vous : salle comble, plus de 150 personnes ont participé et suivi la conférence qui était également webdiffusée en direct, #MobilitéMTL (utilisé pendant l'événement) compte parmi les mots-clics les plus tweetés de cette matinée et des articles ont paru à ce sujet (Journal Métro, Québec doit se préparer à l’arrivée de la voiture autonome, Le Devoir : Rêver de la mobilité de demain).

 

Pour consulter les moments forts de l'événement et voir la vidéo de la webdiffusion:

:

 

Le CRE-Montréal a demandé un résumé à chaque expert : 

  • Sam Vermette Co-Founder & CEO, Transit App : 

Alors que nos gouvernements planifient le transport en commun de demain et qu'on s'affaire à trouver de nouvelles manières d'inciter la multimodalité et d'éliminer l'auto-solo, un nouvel acteur vient brouiller les cartes: la voiture autonome. Prévu pour aussi tôt que 2020, le véhicule autonome changera de manière radicale notre interaction avec la voiture: moins d'accidents, gains énergétique, plus besoin de conduire ou de se stationner — le temps de déplacement est dorénavant "productif". Une question demeure cependant: la voiture autonome diminuera t-elle le nombre de voitures en circulation? Nous permettra-t-elle de se réapproprier des stationnements désuets? Des boulevards trop larges? La voiture autonome est la plus grande révolution en transport depuis l'avénement de la voiture même et, selon l'utilisation qu'on lui réserve, a le pouvoir de profondément revoir le design de nos villes.

Pour consulter sa présentation PDF

  • Catherine Kargas, MBA Vice-présidente à MARCON, Présidente du CA à Mobilité électrique Canada et Membre fondateur à l'Institut de l’évolution du transport : 

La mobilité évolue. Grâce à la technologie, un plus grand nombre d’options de mobilité s’offrent aux citoyens pour les aider de passer de propriétaires-utilisateurs à de simples utilisateurs. La mobilité comme service (MaaS) représente un écosystème de mobilité durable où les services de mobilité (publics et privés) sont intégrés au point où on parle de l’OMNImodalité au lieu de la multimodalité. La mobilité durable de demain a quatre caractéristiques : elle est électrique, autonome, partagée et OMNImodale. La technologie d’automatisation totale des véhicules améliorera l’accessibilité de la mobilité à tous nos citoyens, indépendamment de leur âge ou capacités physiques ou autres. Malgré les importants avantages de l’automatisation des transports (incluant la sécurité routière et l’accessibilité), il est possible qu’elle contribue à une augmentation du nombre total de kilomètres parcourus par la population, et donc que la consommation énergétique, augmente. Il est donc important que nos gouvernements comprennent cette technologie, ses échéanciers de commercialisation, ses impacts sur les citoyens, sur nos villes, sur nos industries, sur nos emplois, etc. Cette compréhension sera nécessaire à une planification intégrée qui sera essentielle si on veut gérer adéquatement certains impacts négatifs des véhicules autonomes sur nos routes.

Pour consulter sa présentation PDF

  • Frédéric Schettini, fondateur de la société innovante MobiGIS : 

« La mobilité et les transports sont des secteurs où l’innovation est primordiale et permanente. Il faut trouver des solutions pour optimiser les réseaux de transport, pour diminuer les zones de congestion ou tout simplement pour offrir les meilleurs services aux citoyens. Et ces solutions, utilisées par les villes ou les gouvernements, passent par l’amélioration des technologies et des services proposés. Montréal, qui est l’une des villes les plus congestionnées d’Amérique, a une forte dépendance à la voiture, alors même qu’elle est la métropole canadienne où le plus de résidents vivent près d’un service de transport en commun rapide (Île de Montréal). Comme vous le savez, le coût direct de cette dépendance était déjà estimé à plus de 1,7 milliard de dollars par an par la Commission de l’éco-fiscalité du Canada, et cela, sans même prendre en compte les coûts indirects. Il est urgent de trouver des alternatives à ce moyen de transport en ayant une vision transversale de la mobilité et en incitant/informant les citoyens des modes de transport existants. Pour cela, les organisateurs des transports ont besoin d’avoir une vision globale et multimodale des déplacements (c’est-à-dire qui favorise tous les modes de transport bus, métro, vélo, covoiturage, voiture personnelle, l’auto-partage) pour pouvoir proposer de meilleures solutions. Ils peuvent s’appuyer sur les Systèmes d’Informations Géographiques, puissants outils d’aide à la décision qui permettent d’analyser l’offre de transport (territoire accessible en temps de parcours, etc.) et la demande (visualiser les origines/destinations, connaitre les motifs des déplacements ou les modes de transport), de croiser des sources de données (population ayant accès aux services) mais également de pouvoir évaluer l’impact de nouvelles offres (modification de lignes de bus, du réseau routier ou création de nouvelles lignes). »

Pour consulter sa présentation PDF

  • Gabriel Damant-Sirois est Chef développement du produit et cofondateur de Local Logic.

Les nouvelles technologies et nouvelles offres de transport aident les individus à choisir le mode de transport qui leur convient à chacun de leurs déplacements. Par contre, il est de la responsabilité des municipalités, organismes municipaux et entreprises de mettre en place des environnements favorables à l'intermodalité. Ces environnements sont définis par l'interaction entre le transport, l'utilisation du sol et le cadre bâti. Par exemple, l'architecture, la largeur de la rue, et la présence de commerces auront un impact important sur la convivialité d'un secteur pour les piétons.

Pour bien développer la ville, il faut donc dresser un portrait complet et non pas analyser uniquement les réseaux de transport. Cette analyse de l'écosystème urbain nous permettra de mieux comprendre et modéliser les impacts sociaux, économiques et environnementaux d'une intervention. Le développement des villes se ferait ainsi en apportant le maximum de bénéfices pour leurs citoyens.

Pour consulter sa présentation PDF

En conclusion, vous trouverez ci-dessous la réaction d'Aline Berthe, coordonnatrice de MOBA et VP de l’association des CGD du Québec, du point de vue Entreprises suite aux présentations des panélistes. 
Les Centres de gestion des déplacements (CGD) mettent notamment en place des alternatives à l’auto-solo dans les entreprises et font le lien avec les sociétés de transport pour aider à planifier en fonction des besoins. Ces nouvelles applications sont d’autant plus importantes que les alternatives sont de plus en plus nombreuses au centre-ville. Les CGD se tiennent à jour sur les nouvelles technologies et en font la promotion auprès des entreprises. Par contre il ne faut pas oublier combien la mise en place de transports lourds permet de faire des changements significatifs. L’importance de mieux desservir les entreprises vient notamment du fait que ce sont des citoyens de Montréal et de la Communauté Métropolitaine de Montréal qui se déplacent quotidiennement. On parle de 400 000 emplois pour le centre-ville et de 340 000 pour le pôle de l’ouest plus concentré autour de Saint-Laurent, Ahuntsic-Cartierville, Dorval, Pointe Claire. Quant à elle, la voiture autonome permettrait dans le meilleur des cas une réduction du besoin en stationnement, de densifier et décongestionner les secteurs industriels, mais dans le pire des cas d’augmenter la dépendance à l’automobile.


Pour en savoir plus sur les projets-actions menés par le CRE-Montréal au sujet de la Ville intelligente. Suivez-nous : bulletin électronique du CRE-Montréal, Twitter ou encore Linkedin.