Le futur « agriurbain » de Montréal

Date : 
Mardi, 20 mai 2014
Horaire : 
12 h 15 13 h 15

Près de 50 personnes ont assisté à la conférence-midi « Agriculture urbaine : propositions de développement pour un Montréal nourricier » organisée par le Conseil régional de l’environnement de Montréal et l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM en collaboration avec la Maison du développement durable.

Après avoir dressé dans un premier temps un portrait de l’agriculture urbaine montréalaise, Éric Duchemin, professeur associé et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM, a émis de nombreuses propositions de développement pour un Montréal nourricier.

Montréal possède plus de 70 hectares de toits. Certains de ces toits urbains pourraient avoir une nouvelle vocation, une vocation agricole. les Fermes Lufa comme exemple novateur et inspirant dans ce domaine : leur serre (3000m2 située dans l’arrondissement Ahunstic-Cartierville, permet de nourrir plus de 2000 personnes. Une quarantaine de variétés de légumes et de fines herbes sont cultivés, ce qui a représenté plus de 70,5 tonnes récoltés en 2012.

Le conférencier a également mentionné d'autres sites qui pourraient accueillir l’agriculture urbaine dans la métropole comme le parc Angrignon, lors de la réhabilitation de zones industrielles ou encore l'hippodrome de Montréal qui, avec ses 50 hectares disponibles, pourrait devenir quant à lui une grande ferme urbaine. Une ferme urbaine en plein cœur de la ville, à moins de 500 mètres d’un métro !

Au-delà de la production alimentaire inhérente à l’agriculture urbaine, celle-ci représente aussi un mouvement social qui permettrait de développer l’économie locale, de créer des emplois et de participer à la revitalisation des quartiers. Un avant-goût qui met en appétit non ?

Pour consulter la présentation complète d’Eric Duchemin.