Budget fédéral : 25 G$ pour les transports collectifs - Beaucoup d’argent est au rendez-vous, Québec doit faire ses devoirs!

 

En réaction au budget fédéral 2017, TRANSIT, l’Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec, souligne d’abord la confirmation par le budget fédéral des 25 G $ pour les transports collectifs au pays, tel que promis en 2016, dont la majorité ira au développement des réseaux. TRANSIT déplore toutefois le report au-delà des cinq prochaines années de quelque 836 M $ qui pourrait compromettre la réalisation de plusieurs projets d’amélioration de service de transport collectif. De plus, la coupure de 1 G $ du crédit d’impôt aux utilisateurs des réseaux envoie un mauvais signal à ceux qui optent pour la mobilité durable.

 

À Québec de faire sa part

Malgré plusieurs déceptions à l’égard du budget fédéral, avec l’ampleur des sommes promises au développement des transports collectifs, le budget qui sera dévoilé la semaine prochaine par le gouvernement du Québec devra faire en sorte de confirmer la réalisation des projets majeurs déjà priorisés, tels la ligne bleue et le SRB Québec-Lévis, et non de les reporter une nouvelle fois. Le gouvernement du Québec doit être au rendez-vous. En décembre dernier, TRANSIT s’inquiétait déjà de la lenteur de Québec à confirmer ses projets prioritaires, ce qui en fait la province qui a le moins profité à ce jour des investissements fédéraux accrus pour le transport en commun.

« Le Premier ministre Couillard a réitéré sa volonté de réaliser trois projets majeurs de transports collectifs au Québec. Avec l’engagement financier de tous les paliers de gouvernement et le soutien des acteurs de la société civile pour ces projets, rien ne freine la mise en œuvre des grands projets prévus au prochain budget québécois. » a réagi Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables.


TRANSIT demandait l’accélération des investissements

L’abolition du crédit d’impôt au transport collectif n’est pas compensée et envoie un très mauvais message aux citoyens. Les milliards ainsi économisés par le gouvernement fédéral devraient être réinvestis dans les réseaux, entre autres en amélioration des services.

« Les usagers du transport en commun reçoivent certains messages négatifs. Non seulement ils perdent un crédit d’impôt qui représente en moyenne 150 $, mais on reste muet sur les projets essentiels. » lance François Pépin de Transport 2000 Québec.

« Montréal a grand besoin de projets structurants et les priorités sont déjà bien identifiées. On attend beaucoup du budget du Québec pour faire en sorte qu’ils se réalisent. Le concept de mobilité durable doit s’incarner partout sur le territoire de la Métropole, lequel en a bien besoin. » réagit Coralie Deny, directrice générale du CRE-Montréal.

 

-30-

 

À propos de TRANSIT

Depuis sa création en août 2011, TRANSIT a fait état de plusieurs recommandations pour pallier la crise des transports et aider le gouvernement et les organisations de transports collectifs à atteindre leurs objectifs d’achalandage d’ici 2020, dont le rééquilibrage des investissements en transports (30 % aux transports collectifs), multiplier par cinq le financement du développement de l’offre de service en transport collectif via le Fonds vert et l’utilisation du Fonds Chantiers Canada pour financer les projets de transports collectifs au Québec.

 

Source
Samuel Pagé-Plouffe
514.714.6762
info@transitquebec.org

 

Position: