Budget 2010 : Le CRE-Montréal se réjouit de la volonté de la Ville de Montréal de prioriser les transports collectifs et de protéger les espaces verts

Montréal, le 13 janvier 2010 – Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE‐Montréal) salue les nouvelles mesures et les investissements importants liés au transport collectif et aux espaces verts qui sont intégrés dans le budget 2010, déposé aujourd’hui par la Ville de Montréal. Selon l’organisme, la mesure la plus audacieuse est l’instauration de la nouvelle taxe sur le stationnement pour financer les transports collectifs.

« Ça fait des années qu’on demande cette taxe » explique André Porlier, directeur général du CRE‐Montréal. « Avec cette mesure, Montréal se donne des moyens financiers supplémentaires pour améliorer l’accessibilité au centre‐ville en réduisant la circulation automobile et en améliorant l’offre de transport collectif.»   L’augmentation significative de 17% de la contribution de la Ville au budget de la Société de transport de Montréal et les investissements pour prolonger le métro, implanter la navette ferroviaire, le tramway et le péage constituent aussi d’excellentes nouvelles. «  Avec des investissements de près d’un demi‐milliard, la Ville de Montréal entreprend aujourd’hui un vrai virage en faveur des transports collectifs et s’inscrit dans le courant des grandes métropoles du monde » poursuit André Porlier. « Souhaitons que les autres paliers de gouvernement respectent le choix de l’administration Tremblay et des Montréalais de réduire la circulation automobile et que les projets à contre courant tel qu’envisagés par le MTQ comme la réfection de Turcot et le réaménagement de l’autoroute Notre‐Dame soient révisés en profondeur afin de contribuer eux aussi à cet effort » rappelle‐t‐il.   

Le CRE‐Montréal se réjouit également des 36 millions supplémentaires dédiés à la protection, l’acquisition et l’aménagement de nouveaux milieux naturels et des 21 millions consacrés à l’aménagement et l’entretien des parcs locaux. « En sachant l’impact des espaces verts sur la qualité de vie des citoyens et de l’importance qu’ils y accordent, nous sommes heureux de constater que l’administration poursuit son engagement à accroitre et à mettre en valeur le patrimoine vert de l’île » souligne André Porlier.

Le grand absent

Du côté des matières résiduelles, le CRE‐Montréal est à la fois surpris et déçu de l’absence des investissements pour la mise en place des infrastructures de compostage et de biométhanisation, tels que planifiés dans le Plan directeur des matières résiduelles de l’agglomération. Pourtant, selon ce qui a été rapporté dans le quotidien La Presse, 102 millions auraient du être annoncés à ce sujet aujourd’hui. À l’instar de Rivière‐du‐Loup qui va de l’avant avec son projet, l’organisme espère que Montréal emboite le pas rapidement pour parvenir à détourner plus de 60% des matières organiques des sites d’enfouissement. 

Enfin, le CRE‐Montréal applaudit les investissements dans le réseau des pistes cyclables et dans la Maison du Développement durable.

‐30‐ 

Renseignements :
Leïla Copti, Conseillère politique /CRE‐Montréal, 514.661.6134