Projet de construction dans le parc René-Masson à Rivière-des-Prairies : Le CRE- Montréal interpelle les élus pour protéger cet espace vert

Montréal le 23 juillet 2007 – Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) interpelle le maire de l’arrondissement Rivière-des-Praires / Pointe-aux-Trembles, monsieur Cosmo Maciocia, la responsable des parcs et espaces verts au Comité Exécutif de la Ville de Montréal, madame Helen Fotopulos, pour que le parc René-Masson, situé dans le quartier de Rivière-des-Prairies (entre les boulevards Perras et Gouin et entre le boulevard Rodolphe-Forget et la 48ème Avenue), soit intégralement conservé.

Cet important espace vert de quelque 10 hectares se caractérise par une zone boisée importante, un petit milieu humide et une forte proximité avec la rivière des Prairies. Or, l’arrondissement envisage d’amputer le parc de 25 % (25 000 m2) pour y implanter des bâtiments municipaux et une maison de la culture. « On se trouve en pleine contradiction. La Ville a adopté une Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels et une Politique de l’arbre, lesquelles politiques visent à améliorer la trame verte de Montréal et à la consolider. Rappelons que la Politique concernant les milieux naturels vise à atteindre sur l’île de Montréal 6% d’aires protégées en milieu terrestre. « La Ville de Montréal se doit d’être exemplaire en la matière. Ce n’est pas en sacrifiant une bonne partie d’un de ses parcs municipaux, zoné parc, comprenant un milieu naturel et humide, qu’elle va l’être. Cela d’autant plus que l’arrondissement dispose, selon le Plan d’urbanisme, de 300 hectares de terrains vacants résidentiels et institutionnels » de dire André Porlier, directeur général du CRE-Montréal.

Selon le CRE-Montréal, les parcs publics ne doivent pas être perçus comme des espaces libres à développer mais à protéger ! Les avantages tant environnementaux que sociaux des espaces verts en milieu urbain ne sont plus à faire. Par ailleurs, eu égard au développement immobilier important qui se poursuit dans l’est de l’île, les besoins en espaces verts publics seront de plus en plus grands à l’avenir pour répondre aux besoins de la population.

Le CRE-Montréal ne s’oppose pas bien sûr à la construction en tant que telle d’une maison de la culture et de bureaux municipaux. L’organisme demande seulement que ces infrastructures soient installées à l’extérieur du parc René-Masson.

-30-

Pour information :
Coralie Deny – CRE-Montréal 514-842-2890 poste 225
André Porlier – CRE-Montréal 514-842-2890 poste 224

Mots-clés: