La campagne sur le stationnement menée par le CRE-Montréal : actions en cours et faits saillants

Le CRE-Montréal s’intéresse à la question du stationnement depuis une dizaine d’années, car il le considère comme une composante essentielle du transport et un outil extrêmement efficace pour favoriser un transfert modal de l’auto solo vers une mobilité plus durable basée sur le cocktail transport : transport collectif, transport actif (marche, vélo) et de meilleurs usages de la voiture (taxi, autopartage, covoiturage).

Le stationnement est une composante essentielle du transport car tout déplacement en automobile commence et finit par un stationnement. Or selon l’Union internationale des transports collectifs, une automobile est immobilisée 95 % de sa vie utile. Nous avons en moyenne, en Amérique du Nord, de  trois à cinq cases de stationnement par véhicule immatriculé. Le CRE-Montréal estime donc nécessaire de repenser l’usage du stationnement pour en faire un outil de gestion de la mobilité et de l’aménagement durables. 

Le stationnement peut être un véritable outil de gestion de la mobilité et de l’aménagement durables, si on ne le considère pas simplement comme un espace d’entreposage pour la voiture. Avec près de 3,2 millions de cases de stationnement sur l’île de Montréal, c’est 10 % du territoire qui serait dédié exclusivement au stationnement si l’on mettait toutes ses cases les unes à côté des autres. Le CRE-Montréal souligne l’importance de limiter progressivement l’emprise du stationnement sur l’espace public notamment en optimisant son utilisation et en mettant en place une tarification adaptée.

De plus, les aires de stationnement ont des impacts environnementaux importants sur le ruissellement des eaux de pluie, sur la réduction du couvert végétal et sur les îlots de chaleur urbains. Il est possible de les réduire significativement tout en répondant aux besoins d’entreposage des véhicules. Le CRE-Montréal appuie dans sa campagne l’application d’un certain nombre de mesures visant à réduire les impacts environnementaux sur les aires de stationnement existantes et futures.

Plusieurs stratégies et axes d'intervention sont menés par le CRE-Montréal dans le cadre de sa campagne sur le stationnemenent. 

Le stationnement, un outil incontournable de gestion de la mobilité et de l’aménagement durables

 

Réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) 

Pour en savoir plus, visitez notre page Utilisation du stationnement comme outil pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le transport des personnes.

 

Lutte aux îlots de chaleur urbains et verdissement des stationnements

Pour en savoir plus, visitez notre page Lutte aux ilots de chaleur urbains.

 

Amélioration de l’autopartage sur rue

Une des stratégies pour réduire l’espace nécessaire pour entreposer les automobiles est de favoriser le développement de l'autopartage. En effet, une voiture utilisée en autopartage répond en moyenne aux besoins de 10 familles, ce qui réduit d’autant le besoin en stationnement.

 

Tarification des cases de stationnement sur rue

L’application de vignettes de Stationnement sur rue réservées aux résidents (SRRR) est un moyen efficace pour répondre aux besoins des résidents mais elle empêche l’utilisation des espaces disponibles en journée. L’imposition d’une nouvelle forme de tarification en journée sur les rues résidentielles offre la possibilité de dynamiser davantage les rues à proximité des zones commerciales.

  • 2010 : Mise en place d’un projet pilote de Parcojour dans deux secteurs du Plateau-Mont-Royal dans le cadre du lancement du Plan d’action 2010 en matière de stationnement et de la campagne du CRE-Montréal.

 

Interdiction de se stationner à moins de 5 mètres d’une intersection

La sécurité aux intersections est un point essentiel à prendre en compte ce qui nécessite de respecter le Code de la sécurité routière du Québec qui interdit de se stationner ou de mettre des espaces de stationnements à moins de 5 mètres d’une intersection et ce pour donner de la visibilité aux automobilistes, aux vélos et aux piétons.

 

Politique sur le stationnement

Pour intervenir d’une manière cohérente sur la question du stationnement, les villes et les arrondissements devraient se doter d’une Politique sur le stationnement commune. Ces mesures doivent intégrer plusieurs mesures qui préconisent une réduction des espaces alloués aux stationnements, l’utilisation de matériaux de surfaces perméables avec un fort IRS, une gestion des eaux de pluie sur le site et du verdissement.

 

PARK(ing) Day Montréal

Pour en savoir plus, visitez le site Internet du Parking Day à Montréal.

 

Taxe sur le stationnement dans la région métropolitaine de Montréal

Selon la Victoria Transport Policy Institut, le coût d’un stationnement au Canada peut varier entre 500 $ et 3000 $ annuellement en fonction de leur emplacement. Avec près de 90 % de stationnements gratuits à Montréal, l’automobile est le mode le plus largement subventionné, ce qui stimule son utilisation et ne permet pas la mise en concurrence entre l’ensemble des modes de déplacement. La mise en place d’une taxe sur le stationnement est un outil efficace pour optimiser la tarification et dégager des fonds afin de financer les transports collectifs.