Retour sur la conférence : Connaître et protéger les cours d’eau et ruisseaux en milieu urbain

Cette semaine, les conseils régionaux de l'environnement de Montréal et de Laval, en collaboration avec l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQAM (ISE) et la Maison du développement durable, ont présenté devant plus de 50 participants la conférence « Connaître et protéger les cours d’eau et ruisseaux en milieu urbain » de Béatrix Beisner, directrice du Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique (GRIL) et professeure au département des sciences biologiques de l’UQAM, accompagnée de deux étudiants à la maîtrise en biologie, Laurent Fraser et Alexandre Langlais-Bourassa.

Les milieux urbanisés cachent souvent des ruisseaux et cours d’eau qui ont été enfouis ou canalisés pour laisser place au développement immobilier. Pourtant, les cours d’eau et milieux humides jouent un rôle écologique important pour la ville en y maintenant la biodiversité et en contribuant à la gestion de l’eau. Le CRE de Laval a cherché à évaluer les impacts de l’urbanisation sur ces milieux sensibles souvent méconnus de son territoire pour mettre en place des mesures pour prévenir leur dégradation et même, améliorer leur situation. La chercheuse en écologie et limnologie Béatrix Beisner a été partenaire de ce projet de recherche. Lors de la conférence, elle a présenté le projet et les résultats de cette recherche qui mobilise la contribution de scientifiques, de spécialistes de l’aménagement urbain et d’autres acteurs de multiples domaines. Pour consulter la présentation PPT.

Sur l’île de Montréal, le nombre de ruisseaux existant s’est beaucoup réduit. Si des cartes anciennes montrent plus d’une trentaine de grands cours d’eau sillonnant l’île, la réalité aujourd’hui est bien différente. Un grand nombre d’entre eux ont été canalisés entièrement et d’autres partiellement, surtout dans les années 1940 et 1950. Toujours absents des cartes montréalaises, les cours d’eau sont inconnus ou méconnus par la population.

Mais heureusement la tendance change. Plus question aujourd’hui de parler de canalisation mais plutôt de protection et de mise en valeur de ces joyaux naturels cruciaux pour la biodiversité. Maintenant il faut passer à l’action. La création du parc linéaire du ruisseau de Montigny il y a quelques années et l’annonce d’un investissement en février dernier pour la renaturalisation de 3 ruisseaux sont encourageantes. Riverains privés (industries, commerces, résidents) et publics doivent unir leurs efforts pour redonner une place dans la cité à ces espaces verts et bleus. Les avantages sont nombreux et à plusieurs niveaux : biodiversité, paysage, gestion des eaux de pluie, îlots de chaleur.

Un geste important à poser rapidement : il faut inclure les ruisseaux dans le Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Pour connaître la qualité des cours d’eau montréalais, visitez le site du Réseau de suivi du milieu aquatique : rsma.qc.ca

Pour consulter l'article de Gaia presse à ce sujet.

Google plus LinkedIn Twitter print