Pétition pour l’adoption d'une politique publique contre la pollution sonore

De nombreux citoyens de partout au Québec s’unissent actuellement pour réclamer une politique québécoise de lutte au bruit environnemental compte tenu du nombre de personnes touchées et de l'ampleur des effets sur la santé et la qualité de vie.

Longtemps, le bruit a été associé aux seuls effets sur l’audition. Or, il est maintenant établi scientifiquement que le bruit environnemental cause d’autres problèmes de santé très sérieux, notamment des troubles du sommeil et des maladies cardiovasculaires. Il entraîne de plus une forte détérioration de la qualité de vie et peut entraver l’apprentissage en milieu scolaire.

Dans la foulée de l’Avis de l’INSPQ, une pétition est présentement en ligne sur le site de l’Assemblée nationale. Le Regroupement québécois contre le bruit appelle toutes les personnes affectées par le bruit ou préoccupées par cette question de santé publique à signer la pétition. Cette action citoyenne encouragera le gouvernement à donner suite aux recommandations de l’INSPQ, qui sont d’une pertinence criante. D’abord, reconnaître le bruit environnemental comme un problème de santé publique. Et, en conséquence, doter le Québec d’une politique contre la pollution sonore impliquant les divers ministères et organismes concernés, politique assortie de dispositions assurant sa mise en application. Pour signer la pétition.

Un enjeu important en milieu urbain comme Montréal : le bruit est partout et a toutes sortes de sources : véhicules routiers, avions, tondeuses, climatiseurs, pompe pour piscine... sans compter les décibels élevés dans bien des salles de spectacle. Il est temps que la métropole s'outille comme bien des grandes villes dans le monde, telle que Paris. Il en va de la qualité du milieu de vie urbain.

Mots-clés: 
Google plus LinkedIn Twitter print