Autorisation d'un terrain synthétique sur le mont-Royal : un choix qui n'a de vert que la couleur

Le CRE-Montréal déplore la décision du ministère de la Culture d'autoriser l'aménagement d'un terrain synthétique dans le parc Rutherford en plein cœur du centre-ville, dans l'arrondissement historique et naturel du mont-Royal. L'organisme considère que ce choix va à l'encontre des objectifs de protection et de mise en valeur de la montagne, ainsi que des grandes orientations de protection des espaces verts et d'adaptation au changement climatique inscrits dans les documents de planification. 

Alors que les espaces verts subissent des pressions croissantes en milieu urbain, l’implantation de terrains synthétiques vient aggraver cette situation, en enlevant des parties naturelles dans les parcs. Les terrains synthétiques,  n’ont en effet de vert que la couleur et privent les citoyens des multiples avantages des surfaces naturelles (percolation naturelle des eaux pluviales, milieu propice à la biodiversité, effet de climatisation naturelle via l’évapotranspiration). 
Le choix du revêtement synthétique envoie également un message erroné au citoyen qui à son tour pourrait se sentir en droit de poser ce type de revêtement dans sa cour arrière, entraînant une artificialisation accrue des espaces verts sur le domaine privé.

Bien que nous reconnaissons que le revêtement synthétique présente certains avantages en terme de temps d'utilisation, leur usage doit être fait avec discernement, en prenant en compte l'ensemble des paramètres environnementaux, sociaux et économiques afin d'éviter un recours abusif et non justifié de cette solution. 

Google plus LinkedIn Twitter print