Appareils de chauffage à bois : Un bon geste pour un air meilleur pour tous

La Commission sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs a procédé, au cours des mois de novembre et décembre 2014, à l’examen public d’un projet de règlement intitulé «Règlement concernant les appareils et les foyers permettant l’utilisation d’un combustible solide». Ce mardi, les recommandations de ladite commission étaient à l’ordre du jour. Réaction du CRE-Montréal.

La Commission va clairement dans le sens de légiférer pour diminuer de façon conséquente et rapide la pollution atmosphérique liée au chauffage au bois. Voici une prise de position très intéressante pour l’amélioration de la qualité de l’air dans les quartiers résidentiels, et donc de la santé publique. En revanche, exiger la meilleure performance (1,3g/h) demeure à moyen terme une meilleure réponse à cette source de pollution. N’oublions pas qu’un foyer, pour fonctionner de manière optimale doit notamment être alimenté en bois bien sec, d’une certaine taille et de certaines essences. Plus on exigera une norme sévère, plu on réduira le risque d’un dépassement important des émissions.

Une fois adoptée, souhaitons que les 15 villes liées emboîtent le pas. Soulignons la demande de la Commission que la Communauté métropolitaine de Montréal modifie aussi en ce sens son Règlement relatif à l’assainissement de l’air. Une bonne suggestion, car si des agglomérations de l’ampleur de Longueuil et de Laval ne légifèrent pas, la population montréalaise subira la pollution des foyers en fonction sur ces territoires.

Pour consulter les recommandations de la Commission.

Mots-clés: 
Google plus LinkedIn Twitter print